6 June 2016,
 0

Inspection des bâtiments : la qualité de l’air aussi est à examiner

Un inspecteur en bâtiment vérifie plusieurs éléments lors d’une inspection immobilière. Toute inspection de bâtiments centrée sur la qualité de l’air qu’on y respire doit être réalisée avec rigueur et professionnalisme. Des experts en environnement intérieur doivent être consultés quand des indices tendent à montrer qu’une contamination fongique ou microbienne est présente dans la maison, le bureau, l’édifice.

L’inspecteur en bâtiments est formé pour voir ce qui cloche dans un bâtiment. Ce peut être un vice de construction, un affaiblissement structural, les traces d’une avarie, l’accumulation cachée d’éléments polluants, etc. Il peut aussi avoir la formation requise pour chercher la source d’un problème susceptible d’affecter la santé des occupants. Ce peut être :

  • l’accumulation de poussières;
  • de l’humidité indue;
  • une mauvaise odeur persistante;
  • des moisissures;
  • la présence d’isolants nocifs (amiante, vermiculite par ex.);
  • la présence d’un gaz inodore comme le radon, etc.

 

Qualité de l'air dans la maison

Comment connaître la qualité de l’air dans un bâtiment?

Pour faire une étude probante des conditions environnementales et apporter des correctifs valables, un inspecteur aguerri — en collaboration ou non avec un spécialiste en contamination de l’air — commencera par faire :

  • l’historique du bâtiment problématique (année de construction, matériaux utilisés, type de rénovations effectuées, installation et modifications au système de ventilation, etc.);
  • des entrevues avec les occupants au sujet de leurs symptômes ou de leur état de santé. Cela pourra également lui donner des pistes d’investigation et l’orienter vers des zones de l’immeuble en particulier.

Si l’inspecteur a des raisons de croire qu’une contamination est bel et bien présente (bactérienne, microbienne, etc.), une analyse poussée sera entreprise. Pour connaître la qualité de l’air d’un bâtiment, une instrumentation et des techniques d’inspection de pointe sont utilisées :

  • caméra thermique;
  • thermomètre à infrarouge;
  • humidimètre;
  • boroscope à fibre optique;
  • psychromètre électronique;
  • observations globales intérieures (propreté, odeur, etc.);
  • examen de l’emplacement géographique de la maison;
  • examen du drainage du sol près des fondations;
  • mesure psychrométrique (humidité relative, température de l’air intérieur et point de rosée);
  • mesure en profondeur de la moiteur de matériaux comme le plâtre, le bois, le béton ou le gypse par exemple;
  • mesure de la température des cloisons et des fenêtres et validation de la condensation;
  • inspection boroscopique (intérieur des cloisons, des conduites de ventilation, etc.);
  • mesure du taux de CO2 (dioxyde de carbone);
  • photographie des appareils de ventilation (échangeur d’air, récupérateur de chaleur, etc.);
  • inspection thermographique;
  • analyse microbiologique (moisissures, amiante, bactéries, etc.).
  • Des échantillons sont pris et envoyés à des laboratoires indépendants spécialisés en analyse microbiologique.
  • Les résultats sont traités selon les critères d’interprétation de Santé Canada et de l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH).

 

Détectez l’humidité avant qu’elle ne cause des dommages

Au Québec, lorsqu’il fait froid à l’extérieur, vous aimez que votre maison soit étanche et bien isolée. En revanche, il se peut que ces qualités provoquent des inconvénients si votre système de ventilation et de renouvellement d’air n’est pas adéquat. Le cas échéant, l’air à l’intérieur de votre maison risque d’être trop humide.

Plantes, animaux, vie domestique (douches, repas, etc.), même le sol humide peut produire de la vapeur d’eau dans votre environnement intérieur. Or, avec l’humidité, l’idéal c’est le juste milieu. Si vous tolérez un taux d’humidité relative trop élevé trop longtemps, vous risquez de créer un environnement propice à l’apparition de problématiques qui vous sont nuisibles et, à long terme, qui détérioreront votre maison. Votre intérieur est trop humide si :

  • il y a des taches ou cernes apparents sur les murs ou au plafond;
  • il y a des moisissures au bas des murs (sous-sol et salle de bains);
  • il y a fréquemment l’hiver de la condensation dans les vitres;
  • il y a chez les membres de votre famille des réactions allergiques.

Un inspecteur en bâtiment peut voir s’il y a eu des taux d’humidité dans un immeuble par le passé. Il sait mesurer les dégradations matérielles qui en résultent, de même que le niveau de contamination de l’air qui peut y être encore présent.

 

L’hygromètre : un appareil simple pour vous guider

Les problèmes d’humidité sont évitables. En maintenant dans votre résidence ou vos bureaux un taux d’humidité relative (HR) située entre 30% (l’hiver) et 50%, vous créerez environnement sain. Afin de vous guider, installez un hygromètre mécanique ou électronique — aussi appelé indicateur d’humidité relative. Un par étage suffit. Ne les installez cependant pas à proximité d’une source de chaleur. Ce sont des appareils précis, vendus dans la plupart des quincailleries.

Si le taux indiqué est trop élevé, des mesures d’abaissement de l’humidité relative dans votre maison sont à prendre, par exemple :

  • une ventilation périodique en créant un courant d’air (ouverture de fenêtres, de portes);
  • la pose de ventilateurs d’extraction, notamment dans les salles de bains;
  • l’achat d’un déshumidificateur;
  • l’installation d’éventails de plafond.

 

Vérifiez les COV et le radon lors d’une inspection immobilière

Insistons sur deux menaces insidieuses pour la qualité de l’air intérieur : les composés organiques volatils (COV) et le gaz radon. À base de carbone, les COV sont issus de l’activité industrielle, notamment le raffinage d’hydrocarbure pétrolier, mais aussi la fabrication des peintures, des encres et des solvants. Plusieurs matériaux de construction neufs continuent d’en dégager une fois utilisés dans les rénovations, et certains produits domestiques de nettoyage aussi. C’est pourquoi, sans un remisage adéquat ni une bonne ventilation, il est courant d’en retrouver dans l’air de la maison.

Le radon est un gaz radioactif inodore et invisible. Il provient de certains sols au sein desquels de l’uranium (s’y trouvant naturellement) se désintègre. Dispersé dans l’environnement, le radon est sans risque. Mais lorsqu’il s’accumule dans un endroit fermé, comme un sous-sol d’immeuble par exemple, il devient dangereux pour la santé. Étant indétectable par les sens, le radon est donc également sournois. De l’information existe maintenant sur les zones et régions à risque au Québec. Et des détecteurs de radon (dosimètres) sont offerts à prix abordable par l’Association pulmonaire du Québec.

Un inspecteur en bâtiment spécialisé peut faire une analyse complète de la qualité de l’air chez vous, à vos bureaux, etc. N’hésitez pas à en contacter un si vous avez des doutes. Car le radon peut pénétrer par tout endroit d’un immeuble en contact avec le sol doté de la moindre ouverture :

  • murs et parois fissurés (fondations, dalles de béton, etc.);
  • joints dans le plancher, joints de dilatation;
  • espaces autour de tuyaux d’alimentation;
  • cadres des fenêtres;
  • drains, puisards;
  • sol en terre de la cave, etc.

 

La question de l’amiante pour la qualité de l’air

Entre 1950 et 1980, la plupart des bâtiments construits intégraient des éléments faits d’amiante : tuiles de plancher et de plafond, isolants pour murs et tuyaux, matériaux ininflammables, etc. Il faut toutefois savoir que l’amiante n’est nocif pour la santé que si de minuscules fibres se trouvent en suspension dans l’air et qu’on les respire. À la longue, inhaler ces fibres peut causer notamment des fibroses pulmonaires et le cancer du poumon.

Les fibres d’amiante dangereuses ne se libèrent pas dans l’air d’elles-mêmes. Elles le sont s’il y a une dégradation du matériau, si celui-ci est coupé, sablé, arraché, etc., par exemple lors de rénovations. D’où l’importance de faire appel à un inspecteur en bâtiment avant de faire des travaux dans votre maison. Il déterminera si des matériaux composés d’amiante se trouvent dans la section à démolir, à réaménager ou à modifier. Si tel est le cas, il vous dira les mesures de sécurité à prendre. Un inspecteur peut également déterminer si des particules d’amiante se trouvent dans l’air ambiant de votre maison, et vous conseiller quant aux modalités d’un désamiantage.

 

Monoxyde de carbone vs qualité de l’air : prudence!

Tout système de chauffage impliquant une combustion dégage des résidus (de combustion) et des gaz, dont le monoxyde de carbone (CO). En fait, c’est parce que l’embrasement du combustible (propane, gaz naturel, huile, charbon) est incomplet qu’il y a production de monoxyde de carbone. Normalement, celui-ci est évacué par la cheminée et dispersé dans l’environnement. Or, comme ce gaz est inodore, incolore et toxique, il faut impérativement éviter qu’une partie se retrouve dans l’air de votre résidence.

L’inspection du système de chauffage par un expert est toujours pertinente. À l’aide d’appareils de détection et de caméras, il est à même de voir si votre système produit trop de gaz (mauvaise combustion), s’il y a des fuites de CO et si des résidus se sont accumulés dans différentes conduites d’air chaud. L’inspecteur en bâtiments fera un bilan global en tenant compte :

  • de l’énergie ou du combustible utilisé;
  • de la catégorie et de l’âge de l’équipement servant à chauffer votre immeuble;
  • du fonctionnement du système (commandes de mise en marche / arrêt, automatismes de sécurité, témoins d’alerte, etc.);
  • de l’état de l’appareil de chauffage, de la cheminée, de la «tire», des prises d’air, des filtres, etc.

 

Une mousse isolante dont il faut se méfier

À partir de 1970, le Québec n’a pas échappé à la tendance : on voulait mieux isoler les maisons et bâtiments. Un produit efficace fut donc commercialisé ici, une mousse isolante à base d’urée-formaldéhyde (communément appelée MIUF). On pouvait l’injecter par des orifices faits dans les revêtements en brique et dans les murs à l’intérieur des immeubles. Des précautions étaient à prendre lors de l’opération. Dix ans plus tard, les autorités interdisaient ce produit considéré comme instable et cancérigène.

C’est que la MIUF pouvait dans certaines conditions (notamment d’humidité) se dégrader avec le temps, et libérer des particules ou des vapeurs de formaldéhyde, un gaz incolore très irritant. Rares sont les maisons aujourd’hui qui «contiennent» encore ce produit. Mais une analyse de l’air faite par un inspecteur certifié vous dira avec certitude si votre logis répond aux normes de santé à ce chapitre.

 

Inspection de bâtiment: l’environnement intérieur et les acariens

Une autre présence presque invisible est à l’origine de la dégradation de l’environnement intérieur de nos maisons. Il s’agit des acariens, ces petits insectes arachnides qui raffolent des tapis à longs poils, des toutous en peluche, des matelas et oreillers et de la literie en général. Les acariens provoquent 70% des allergies respiratoires et, à l’échelle mondiale, ce type d’allergie est en tête des causes d’asthme bronchique.

Or, pour prévenir les maladies allergiques dues aux acariens, il faut diminuer la densité allergénique dans les environnements domestiques. Autrement dit, en réduire le nombre. Pour ce faire, il suffit d’abaisser le taux d’humidité relative (HR) à l’intérieur, et ce de façon permanente. Les acariens ne survivent pas sous le seuil du 50% HR. Faites évaluer la qualité de l’air de votre maison par un inspecteur en bâtiments, et demandez-lui des conseils à ce sujet.

 

Qualité de l’air et champs électromagnétiques

Les installations d’Hydro-Québec (fils électriques, lignes à haute tension, transformateurs, etc.), votre téléviseur, votre téléphone cellulaire, votre radio-réveil…, tout cela vous met en présence de champs électriques et de champs magnétiques. Ils sont d’inégale intensité et invisibles. Plus élevée est la tension électrique, plus grande est puissance du champ électromagnétique (CEM). Et plus vous vous trouvez près de leur source, plus leur force est grande.

Des études tendent à démontrer que des expositions prolongées à des CEM importants auraient des effets néfastes sur la santé. Il est donc important de vérifier si l’intérieur de votre demeure n’est pas exposé à des CEM trop intenses. Les inspecteurs en bâtiments possèdent des appareils leur permettant de chiffrer l’intensité des champs magnétiques d’origine électrique. Les unités de mesure sont les teslas (T), les milliteslas (mT) et les microteslas (μT). Dans le cas d’un taux inacceptable, l’inspecteur pourra vous conseiller de déménager, du moins d’apporter quelques modifications à votre intérieur, comme :

  • déplacer le lit dans une pièce afin de l’éloigner de la source du CEM;
  • vérifier et améliorer la mise à la terre de la «boîte électrique» et des connecteurs centraux de la maison;
  • blinder ou mieux isoler le système de distribution électrique;
  • utiliser des plaques protectrices à certains endroits clefs ou appliquer de la peinture à effet de blindage (murs, plafonds).

 

Trouvez un inspecteur en bâtiments fiable pour évaluer la qualité de l’air dans votre maison

Connaître les différents contaminants et les diverses problématiques qui peuvent détériorer la qualité de l’air dans votre maison n’est pas superflu. Mieux informé, vous êtes en mesure de savoir quelle expertise il vous faut pour vous rassurer ou pour éliminer un problème. Un inspecteur en bâtiment est LA ressource à cet égard.

Il vous faut cependant faire affaire avec un inspecteur de haut calibre, certifié, aguerri, membre d’associations professionnelles liées à son champ d’expertise au Québec, et disposant d’une assurance responsabilité adéquate (erreur, omission).

Notre service, Soumissions Inspecteurs, se charge de vous mettre en lien avec d’excellents inspecteurs en bâtiments. Ces derniers vous enverront trois soumissions différentes en provenance d’inspecteurs fiables de votre région. Remplissez donc simplement notre formulaire de demande de soumissions. Libre à vous ensuite de choisir l’offre qui répond le mieux à vos attentes.

 

En cliquant sur “Obtenir mes 3 Soumissions”, vous acceptez les termes et conditions